Un voyage d’une semaine à Marrakech est un minimum pour avoir un bon aperçu de la ville. Nous nous sommes tellement sentis à l’aise que nous serions bien restés un peu plus !

Il faut dire qu’on s’habitue vite aux charmes de la ville, entre la gentillesse de ses habitants, son art de vivre, la gastronomie, les grandes places bordées de palmiers et le soleil généreux !

Voici donc le résumé de notre séjour en fauteuil roulant à Marrakech, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne s’est pas ennuyés !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

1. Arrivée à Marrakech et 1ère nuit chez Handioasis

Il nous faut environ trois heures de vol pour aller de Lyon à Marrakech. A l’arrivée, le personnel de l’assistance nous fait descendre de l’avion avec l’ambulift. Il paraît que ce dernier n’est pas toujours disponible, nous avons donc de la chance de l’avoir ! Une fois sur le tarmac, quatre personnes déchargent avec soin le fauteuil roulant électrique de Rudy et le transfèrent dessus. C’est bon, tout fonctionne : on peut y aller !

Après un passage par la douane, nous faisons une pause toilettes dans des WC PMR bien adaptés. Juste à côté, des stands d’opérateurs mobiles proposent des cartes sim et des forfaits téléphoniques. On nous informe que pour obtenir 20 Go de données Internet, il faut payer 20 €. Le mois précédent, lors de notre voyage à Essaouira, nous avons déjà acheté un forfait 10 Go pour 14 € d’une durée de 30 jours. Nous allons donc encore nous servir des data restantes.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Puis nous retrouvons Carole de la maison d’hôtes Handioasis qui nous attend à la sortie de l’aéroport. Depuis le temps que nous échangeons par mail, nous sommes contents de la rencontrer enfin en vrai !

Nous montons à bord de son minibus adapté avec grande rampe PMR à l’arrière. La nuit est déjà tombée et nous ne voyons pas grand chose sur les routes. Il nous faudra attendre demain pour découvrir nos premières images de Marrakech !

Un quart d’heure plus tard, nous arrivons à Handioasis. Carole nous conduits jusqu’à notre chambre pour la nuit : la suite « Couleur safran ». A notre demande, elle l’a équipée d’un lève-personne et d’un fauteuil de douche avec assise percée.

Ce soir-là, nous dînons en compagnie d’un groupe de personnes fort sympathiques, parmi lesquelles des vacanciers belges et un jeune homme, John, avec qui l’entente est immédiate. Au menu : aubergines au fromage, spécialité à la viande (Tanjia) servie avec des haricots et une poire sauce cannelle en guide de dessert.

Il ne nous reste plus qu’à passer une douce nuit en attendant de vivre nos premières aventures à Marrakech!

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

2. Excursion en 4×4 adapté dans le désert d’Agafay

Nous prenons le petit-déjeuner au soleil, sur la terrasse accessible par une grande rampe. Cette dernière est très inclinée mais ce n’est pas un problème pour Rudy avec son fauteuil roulant électrique.

Le thé à la menthe est accompagné de petites crêpes, de confiture, de miel et de jus d’orange. Il manque juste des fruits !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

A 10h, nous retrouvons Hassan, notre guide et chauffeur pour la journée. Grâce à un bras de transfert installé sur la portière avant-droite de son 4×4, Hassan transfère Rudy depuis son fauteuil roulant électrique jusque sur le siège avant côté passager. 

Tout le monde est bien installé : nous voilà partis en direction du désert d’Agafay, pour ce qui s’annonce un grand moment ! En effet, nous quittons rapidement les routes goudronnées pour emprunter des pistes sur lesquelles nous ne manquons pas d’être secoués dans tous les sens ! Hassan pousse même le jeu jusqu’à gravir des dunes immenses puis à les descendre à pic : sensations garanties ! Pour Rudy qui se trouve à l’avant du 4×4, c’est l’assurance d’en profiter pleinement, alors qu’habituellement il reste assis sur son fauteuil à l’arrière.

Après ces émotions, nous nous arrêtons déjeuner dans un restaurant familial. La table est déjà dressée à notre arrivée et nous avons une vue magnifique sur les alentours. Nous nous régalons de brochettes accompagnées de salade et de riz, d’un tajine au poulet et de quelques fruits, sans oublier le traditionnel thé à la menthe, tout cela pour 100 dirhams (10 €) par personne. Un festin !

Sur le chemin du retour, Hassan emprunte d’autres routes et nous fait passer dans des paysages tous plus beaux les uns que les autres. La couleur dominante est l’ocre à laquelle se mêle parfois un peu de verdure, ce qui contraste joliment avec le désert. Les habitations sont pittoresques, nous croisons parfois quelques villageois sur la route, des moutons ou encore des poules.

Nous avons réalisé une courte vidéo de deux minutes de notre journée d’excursion en 4×4, afin de vous donner un aperçu. Bon visionnage !

De retour à Handioasis, c’est l’heure pour nous de réaliser un Facebook live pour montrer les lieux de manière concrète à vous tous, amis lecteurs ! Carole se joint à nous pour faire les présentations et nous raconter l’historique de ce beau projet. C’est passionnant et c’est pour ce genre de rencontres que nous adorons notre travail de blogueurs voyage !

Pour voir ce Facebook live et en savoir plus sur Handioasis, nous vous invitons à lire notre article détaillé : Handioasis, maison d’hôtes accessible PMR aux portes de Marrakech ! 

A 19h30, un taxi adapté avec rampe vient nous chercher pour nous emmener au riad Tarzout, notre hébergement pour la semaine. Nous faisons connaissance avec nos deux hôtes, Khadija (prononcer « radidja ») et Abdeljalil puis passons à table. Après un délicieux tajine et une coupe de fraises et de framboises, nous voici dans un nouveau lit. La journée a été intense mais les suivantes promettent d’être tout aussi riches !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

3. Découverte de la médina et du souk

Pour le petit-déjeuner, Khadija nous sert deux types de crêpes : les baghrirs, plus connus en français sous le nom de « crêpes mille trous », ainsi que de délicieux msemens, des crêpes faites avec de la pâte feuilletée. C’est un régal avec le thé à la menthe ! Sur la table, nous découvrons également avec surprise de la Vache qui rit ! Cette dernière est très célèbre au Maroc et Rudy a plaisir à en manger avec un morceau de pain aux graines de sésame.

Abdeljalil nous accompagne ensuite pour notre première immersion dans la médina et son souk labyrinthique. Nous sommes immédiatement plongés dans l’ambiance avec toutes les boutiques aux étals colorés et les nombreux scooters qui ne manquent pas de nous frôler… Pour les éviter, il nous recommande de rouler sur le côté droit en faisant bien attention. 

Il nous faut vingt minutes environ pour rejoindre la place Jemaa El-Fna, le coeur de Marrakech. Avant de nous quitter, Abdeljalil prend soin de nous donner de nombreux repères pour que nous puissions rentrer seuls ce soir. Ça fait beaucoup à retenir, nous verrons bien ! Si jamais nous nous perdons, il nous recommande de demander notre chemin plutôt aux filles qu’aux garçons car ces derniers risquent de nous demander de l’argent en échange du renseignement. 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Nous traversons la place Jemaa El-Fla en nous tenant le plus loin possible des charmeurs de serpents. A l’extrémité de la place se trouvent plusieurs arrêts de bus. Certains bus sont accessibles à l’aide d’une rampe, d’autres non car ils ont des marches à la porte du milieu. Nous testerons les transports en commun plus tard dans la semaine pour vérifier qu’ils fonctionnent.

Devant nous se dresse la célèbre mosquée Koutoubia. Pour l’approcher, il nous faut traverser un grand passage piétons. C’est une épreuve en soi car même lorsque le feu est vert pour les piétons, les conducteurs de scooters ne se gênent pas pour griller le feu rouge de l’autre côté… De plus, les trottoirs ne sont pas toujours abaissés aux passages piétons, comme nous nous en rendrons vite compte au fil de nos promenades en ville.

Sur les conseils d’Abdeljalil, nous déjeunons au Snack Toubkal dans un angle de la place Jemaa El-Fna. Ce n’est pas de la grande nourriture mais le rapport qualité-prix est imbattable ! Brochette de poulet servie avec salade, riz et frites pour seulement 33 dirhams par personne (3,30€), pain et olives en prime !

De retour dans le souk, nous faisons une halte fraîcheur dans le très beau Jardin Secret, restauré récemment et accessible en grande partie. On ne s’attend pas à trouver un aussi beau palais en plein coeur de la médina et c’est un véritable plaisir que de se ressourcer ici. Comme il y a des marches à l’entrée, l’entrée pour les personnes en fauteuil roulant se fait par la sortie, dans une rue adjacente. En plus, c’est gratuit pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur, et on trouve même des wc adaptés. Un véritable bon plan !

Après cette pause bien agréable, nous rentrons au Riad Tarzout. Nous sommes fiers de nous car nous trouvons notre chemin sans avoir besoin de demander de l’aide !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

4. Expérimentation de la voirie, Jardin Majorelle et Musée Yves Saint-Laurent

Aujourd’hui, nous partons visiter le Jardin Majorelle, qui a appartenu au célèbre couturier Yves Saint-Laurent et à son compagnon Pierre Bergé. Il est sans doute préférable de prendre un taxi pour aller jusque là mais les aventuriers que nous sommes ne peuvent s’empêcher d’y aller par leurs propres moyens !

Effectivement, la route est un peu chaotique lorsque nous empruntons les rues défoncées de la médina. Rudy roule doucement afin d’éviter les trous dans le sol. Toutefois, le chemin est pittoresque, tout comme les boutiques des artisans le long du chemin et cela vaut le coup. Le plus dur finalement est de tenter de respirer correctement car la chaleur et la pollution ne font pas bon ménage.

Une fois sortis de la médina, il nous faut braver un énorme rond point à plusieurs voies. Les passages piétons n’ont pas de feux de signalisation et les trottoirs ne sont pas abaissés. Nous redoublons de prudence pour aller de l’autre côté. Puis il nous faut rouler un long moment sur la route avant d’atteindre un trottoir. Pourtant, nous n’avons pas peur. Ici, le chaos ambulant de la circulation est juste « normal ». C’est ainsi que ça fonctionne et il faut juste se lancer. Le Jardin Majorelle n’est plus très loin et les trottoirs sont de nouveaux abaissés : nous sommes presque arrivés !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Une fois devant l’entrée du Jardin Majorelle, un agent d’accueil nous conduits à la billetterie. Le billet combiné Jardin Majorelle + musée berbère + musée Yves saint Laurent est gratuit pour la personne en fauteuil et son accompagnateur.

A l’intérieur, la visite de cette grande palmeraie est très agréable. Rudy roule sans difficultés sur de grandes allées couleur ocre et au revêtement plat. Il y a parfois quelques marches et nous devons alors faire demi-tour : nous regrettons que le plan du Jardin n’indique pas clairement l’itinéraire PMR.

Nous déjeunons dans le Café Majorelle mais ne vous le recommandons pas (il y a sûrement meilleur rapport qualité-prix dans les rues alentours). Nous faisons une pause pipi dans les toilettes accessibles situés à côté du Café puis nous visitons le très beau Musée Berbère. Situé dans l’ancien atelier du peintre Jacques Majorelle, ce petit musée vaut le détour. La scénographie est très bien travaillée et la salle étoilée est sublime ! Il est juste dommage que les vitrines de bijoux ne soient pas plus inclinées pour permettre aux personnes en fauteuil roulant de mieux voir leur contenu.

Nous sortons du Jardin Majorelle et nous rendons dans le Musée Yves Saint-Laurent quelques mètres plus loin. La salle qui sert de rétrospective à l’œuvre de l’artiste est vraiment très belle, notamment avec son exposition de haute-couture. La longe biographie ponctuée de photos nous permet d’en apprendre plus sur la vie du français. Seul bémol de cette salle : il n’est pas toujours facile de se déplacer en fauteuil roulant en raison du manque de lumière.

Après ces visites qui nous ont beaucoup plu, nous rentrons au Riad Tarzout à pieds et à roulettes. A présent, nous connaissons le chemin et les obstacles liés à la voirie : même pas peur ! Pour le dîner, Khadija nous récompense d’une pastilla au poisson. 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

5. Atelier couscous, Bab Dakkala, Guéliz la Marrakech moderne et Jemaa el Fna by night

Chaque journée commence désormais avec les traditionnels msemen (crêpes feuilletées) du petit-déjeuner. Mais aujourd’hui, nous avons également droit aux sfenj. Il s’agit de délicieux beignets que nous avions goûté lors de notre voyage à Essaouira le mois passé. Rudy rêvait d’en manger de nouveau et il est ravi !

Khadija nous invite ensuite à rentrer dans sa cuisine pour réaliser un atelier couscous ! Me voici en train de préparer les légumes avec elle pendant que Rudy nous filme. Carottes, navets, fèves, aubergines, piment… Khadija sort un énorme plat en terre pour déposer la graine de couscous, c’est impressionnant ! Ici, on ne fait pas les choses à moitié! lol

Pendant que les légumes et la viande mijotent, nous en profitons pour aller à la medersa Ben Youssef. Il s’agit d’une école coranique et du seul monument religieux que l’on peut visiter lorsqu’on n’est pas musulman. Malheureusement, elle est en travaux actuellement et nous ne voyons que l’extérieur et la mosquée à côté. 

Du coup, nous nous promenons aux alentours et nous enfonçons dans le souk, toujours aussi typique. Nous nous apercevons alors que nous nous trouvons non loin de l’Escape Game « Escape the Medina », que nous avons repéré avant de venir. Nous en profitons pour nous renseigner sur les différents jeux accessibles. Rendez-vous est pris pour ce dimanche à 11h !

De retour à notre riad, nous savourons le délicieux couscous préparé avec amour ce matin. Quoi de mieux pour célébrer la Saint-Valentin entre frères en ce 14 février ?!

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

L’après-midi est déjà bien avancé. Nous partons vers 17h en direction du quartier Bab Doukkala dans la médina. Le lieu est un peu plus typique et moins touristique. Les commerces s’adressent plus aux locaux et nous croisons plusieurs mamans qui rentrent de l’école avec leurs enfants. Dans une boutique, je craque sur des bonbons moelleux roses et blancs au goût de barbapapa. C’est chimique et sans doute pas très local mais ils sont trop bons !

Puis nous faisons une halte fraîcheur au Cyberpark, au milieu d’une luxueuse végétation. De grandes rampes permettent de profiter pleinement de la promenade. En revanche, le sol recouvert de graviers n’est pas des plus agréables en fauteuil roulant. Cela n’est pas trop un souci pour Rudy qui a un fauteuil électrique mais si vous êtes en manuel, vous rencontrerez sans doute quelques difficultés par endroits.

Grâce à une petite exposition ludique, nous en apprenons un peu plus sur les khettaras, ces lignes de pluie régulières qui captent l’eau de la nappe phréatique pour la remonter jusqu’aux surfaces à irriguer. C’est le principe même utilisé pour alimenter les bassins dans les jardins. Nous terminons par un petit tour aux wc adaptés : cela fait plaisir d’en trouver ici !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Direction ensuite le quartier moderne de Guéliz. Quel contraste avec le cœur historique de Marrakech ! Ici, les grands boulevards côtoient des habitations modernes et des chaînes de magasins occidentales. Les jeunes femmes que nous croisons sont également habillées à la mode européenne. Côté accessibilité, les trottoirs sont un peu mieux abaissés aux passages piétons mais ce n’est pas une généralité et il nous faut parfois rouler sur la route. Il en est de même pour les magasins qui ont souvent une marche à l’entrée.

De passage devant le McDo, nous vérifions les toilettes adaptées du rez-de-chaussée et les ajoutons sur l’appli Accessaloo. Plus loin au centre commercial Carré Eden, nous trouvons aussi des wc PMR. Au moins, vous savez où en trouver si vous êtes dans le coin ! 

Il est grand temps de nous lancer dans une nouvelle aventure : prendre les transports en commun à Marrakech en fauteuil roulant ! Il est bientôt 21h, je suis fatigué et je ne me sens pas de marcher en sens inverse jusqu’à la place Jemaa El-Fna. Rudy a repéré plusieurs lignes de bus qui vont sur la place. Nous attendons à un arrêt et regardons les bus défiler jusqu’à ce qu’il y en ait un accessible. Il s’agit de la ligne numéro 1. Le conducteur se gare au plus près du trottoir et je peux ensuite déployer manuellement la lourde rampe qui permet à Rudy de monter à bord du véhicule.

À l’intérieur, il y a un grand espace pour se positionner en fauteuil roulant. Je me dirige vers le conducteur pour payer nos tickets : il me dit que je dois en acheter un seul pour moi (40 dirhams, soit 0,40 €), et que c’est gratuit pour Rudy. Il n’y a pas de bouton pour demander l’arrêt dans l’emplacement PMR mais nous surveillons les arrêts et descendons bientôt vers la place Jemaa el Fna. Le long du trottoir, il y a déjà plein de bus et le conducteur ne peut pas se garer près de l’arrêt. Je lui demande de nous déposer un peu plus loin dès que cela est possible, ce qu’il accepte gentiment. Première expérience en bus réussie ! 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

La place Jemaa el Fna est noire de monde en soirée ! C’est un spectacle à ne pas manquer. Nous déambulons au rythme de la musique orientale et ne manquons pas de nous faire arrêter régulièrement par des serveurs sur les stands de restauration, qui veulent tous que nous mangions chez eux ! Mais c’est vers le restaurant l’Argana que nous nous dirigeons car il a un ascenseur pour aller sur la terrasse du deuxième étage avec vue sur la place (celle du premier étage a une marche). Comme le disent de nombreux internautes dans les avis Google, la nourriture n’est pas de grande qualité et on paie surtout la vue. Nous vous recommandons donc plutôt de venir pour prendre un verre et manger une pâtisserie que pour un repas complet. 

Si vous avez besoin de faire une pause pipi, il y a des WC PMR au rez-de-chaussée du restaurant. Pour info, l’espace de transfert latéral est un peu réduit à cause de la table à langer qui empiète dessus et l’assise des toilettes est de 50 cm de hauteur.

Puis nous rentrons à notre riad par le souk. Il nous est beaucoup moins facile de nous repérer de nuit car toutes les boutiques sont fermées ! Heureusement, l’appli MapsMe est là pour nous ramener à bon port !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

6. Atelier pâtisseries orientales, les Tombeaux Saadiens et burger de chameau !

La matinée commence avec un atelier pâtisseries orientales en compagnie de Rachida, la sœur de Khadija. Elle nous montre notamment comment faire des cornes de gazelle. Je suis touché de voir avec quelle bienveillance Rachida aide Rudy à façonner la pâte, toujours avec le sourire. Pas facile de reproduire les gestes mais c’est vraiment sympa d’essayer, et Rudy s’amuse bien!

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Changement d’ambiance l’après-midi avec la visite des magnifiques Tombeaux Saadiens, au sud-est de la place Jemaa el Fna. L’entrée est gratuite pour la personne en fauteuil et son accompagnateur.

La visite est bien accessible dans l’ensemble. Au début, il faut traverser un couloir qui peut paraître assez étroit mais il mesure en fait entre 90 cm et 1m de largeur. Il y a une marche devant chaque salle mais cela n’empêche pas d’admirer l’intérieur grâce aux grandes ouvertures, à l’exception de la plus belle salle, le tombeau du sultan. Il faudra demander à votre accompagnateur de prendre une petite vidéo pour vous. 
Les wc ne sont pas adaptés. 

En parlant de wc, Rudy a justement repéré sur Internet que de beaux wc publics à l’appellation commerciale Darlodo ont été construits juste à côté de l’édifice en 2016. Ils semblent malheureusement à l’abandon et nous ne savons pas s’ils vont être rouverts. 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Pause Camel Burger ensuite au Cafe Clock ! Malgré la gentillesse des jeunes du quartier qui se proposent pour porter le fauteuil électrique de Rudy et pour trouver des planches en bois, nous n’arrivons pas à franchir les deux marches à l’entrée. C’est dommage car l’intérieur est vraiment sympa et fait très envie. Qu’importe, nous prenons à emporter car nous tenons absolument à goûter le burger au dromadaire !

Eh oui, au Maroc on peut manger du dromadaire ! Cela fait plusieurs jours que nous hésitions à tester car nous avons quand même eu un cas de conscience : est-ce bien en tant que touriste de manger ce type d’animal à l’étranger ? D’après nos contacts locaux, il y a beaucoup de dromadaires en Afrique et ce n’est pas une espèce en voie d’extinction, il n’y aurait donc pas de souci. Au niveau du goût, ça ressemble au boeuf et nous avons bien aimé.

Nous vous conseillons donc l’expérience si vous avez envie de tenter, en vous souhaitant de pouvoir rentrer dans le café si vous le pouvez. Pour info, c’est un lieu culturel et il y a souvent des animations, comme des concerts. 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Nous continuons nos déambulations au fil des rues du quartier de la Kasbah puis dans le quartier juif. En levant la tête, nous apercevons une cigogne qui a élu domicile sur le toit d’une maison ! Il paraît qu’il y en beaucoup par ici mais c’est la seule que nous voyons. 

Direction ensuite le Palais de la Bahia. À l’entrée, un gardien nous informe qu’il n’est pas accessible car il comporte de nombreux escaliers. Tant pis !

Nous parcourons les souks alentours et repartons en direction de la place Jemaa El-Fna. Et là, miracle ! Nous trouvons enfin le cadeau que nous cherchons depuis plusieurs jours pour Khadija ! Il s’agit d’un petit personnage en tissu que l’on met sur la poignée des théières pour les décorer, mais surtout pour ne pas se brûler la main en servant le thé à la menthe.

Nous le lui offrons justement au moment du thé le soir même et elle est ravie ! Elle nomme le personnage Glaoui, en référence au célèbre pacha du même nom. Nous dégustons ensuite les pâtisseries orientales cuisinées de nos mains le midi : les cornes de gazelle sont délicieuses! Je me connecte à YouTube sur mon téléphone et les notes de « Allaoui » du Grand Orchestre National de Barbes résonnent dans le patio. Nous voilà partis à improviser quelques pas de danse avec Khadija. Il ne manque plus que des lumières et des rayons laser au-dessus de nos têtes pour transformer le Riad Tarzout en discothèque en ce samedi soir !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

7. Escape Game en plein cœur de Marrakech et marchandages sur le souk

11h : nous avons rendez-vous avec Monsieur X au pied de la mosquée Koutoubia. Il nous apprend que Louis Bernard, un diplomate français de renom, a été poignardé en plein cœur de la place Jemaa El Fna. Il avait en sa possession plusieurs éléments classés top secret au sujet du meurtre imminent d’une célébrité à Marrakech. C’est à nous de reprendre son enquête et de sauver cette personne avant qu’il ne soit trop tard…

Nous voici partis pour plus d’une heure d’aventure accompagnés de notre guide, Omar, qui nous aide à progresser dans cette partie d’escape game en plein cœur de Marrakech. Les énigmes sont nombreuses et variées, entre jeux de piste, réflexion et cadenas à ouvrir. Nous prenons grand plaisir à progresser dans le souk jusqu’au dénouement.

Verdict : nous terminons le jeu en deux heures, le sourire aux lèvres ! Notre score n’est pas très bon et nous aurions sans doute fait mieux si nous avions joué à plus de deux. Mais qu’importe ! Nous avons adoré cette expérience en extérieur et nous vous la recommandons vivement ! Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre article détaillé On a testé : Escape The Medina, un escape game dans Marrakech !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Après ces péripéties, nous déjeunons à la Maison Berbère, un petit restaurant traditionnel situé vers le Jardin Secret. L’endroit est minuscule et il y a très peu de place pour circuler en fauteuil. Mais comme les touristes sont tous attablés sur le toit terrasse, Rudy n’a pas de mal à franchir le ressaut à l’entrée et à se faufiler à l’intérieur. Nous en profitons même pour recharger la batterie de son fauteuil car nous avons déjà bien roulé depuis ce matin avec l’escape game !

Au menu : du houmous qui nous est servi chaud (ce qui ne manque pas de nous surprendre mais il est très bon), une pastilla et un couscous de poulet, le tout accompagné d’un virgin Mojito à la fraise et d’une citronnade maison. Pour le dessert, nous goûtons pour la première fois une pastilla au lait et c’est un régal ! Bon rapport qualité prix pour ce restaurant que nous vous conseillons si vous passez dans le coin. Notez toutefois qu’il n’y a pas de wc accessibles. C’est pourquoi nous retournons ensuite à ceux du Jardin Secret. C’est gratuit et le lieu est magnifique, alors pourquoi s’en priver ?

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

La journée se termine en déambulant de plus belle dans les souks. Nous achetons quelques souvenirs en nous prêtant au jeu du marchandage. Rudy a repéré un dromadaire et une chouette en bois de thuya, un bois luxueux que l’on trouve uniquement au Maroc et aux senteurs aphrodisiaques ! Quant à moi, j’ai flashé sur les sculptures des trois singes de la sagesse.

Après plusieurs tentatives infructueuses la veille, la chance est enfin du côté de Rudy qui entreprend des négociations très serrées avec Youssef, le sympathique vendeur. Je suis mort de rire et j’hallucine devant tant d’audace de la part de mon frère, lui qui est d’ordinaire si timide ! De 860 dirhams, Rudy fait descendre les prix à 600, et remporte deux petites statues de dromadaires en cadeau. Voilà une affaire rondement menée, même si nous aurions sans doute pu faire mieux encore. L’important, c’est que nous avons passé un bon moment et une fois rentrés en France, nous regarderons avec amusement ces petits trophées qui ne manqueront pas de décorer notre intérieur !

Le soir, au riad Tarzout, Abdeljalil qui connaît bien les vrais tarifs, reconnaît que nous avons fait une bonne affaire : nous sommes d’autant plus contents ! Nous considérons cette expérience culturelle comme aussi importante que de visiter un site célèbre dans Marrakech, c’est pour vous dire !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

La soirée se termine comme toujours par un excellent dîner préparé par Khadija, composé d’une soupe de légumes avec brochettes de viande et frites maison, et d’une salade de fruits. Mais ce que nous retenons surtout, ce sont ces nouveaux échanges avec Abdeljalil qui nous parle avec toujours autant de passion de son pays.

Ce soir, les discussions vont loin. La religion, le handicap, le lien étroit entre le gouvernement marocain et la communauté juive, le terrorisme, ou encore le regard porté en général sur les différences, notamment la communauté LGBT qui commence timidement à s’émanciper. Abdeljalil est passionnant à écouter et nous sommes certains que vous adorerez discuter avec lui lorsque vous viendrez séjourner au Riad Tarzout !  

8. Shooting photo dromadaire, la Mamounia et la Ménara

C’est la dernière journée de notre séjour mais aussi la plus chaude avec 28 degrés ! Notre objectif : nous faire prendre en photo avec un dromadaire, vêtus d’habits berbères, afin d’avoir une photo fun pour illustrer notre guide de voyage PMR sur Marrakech ! 

Après nous être étalé une bonne couche de crème solaire, avoir mis nos casquettes sur la tête et pris une bouteille d’eau dans notre sac à dos, nous débutons notre balade comme la veille du côté de la Koutoubia. 

Première étape : le célèbre hôtel de la Mamounia. Après un rapide contrôle de sécurité à l’entrée, nous découvrons un charmant petit jardin, aux pavillons richement décorés de carreaux de faïence. L’hôtel est accessible par un monte charge. L’intérieur est luxueux et comprend de nombreuses boutiques de marque.

Nous traversons un joli patio puis nous empruntons un deuxième monte-charges pour rejoindre la piscine, réservée aux résidents (elle ne dispose pas d’appareil de mise à l’eau). A l’accueil, le personnel nous apprend que l’hôtel dispose de 3 chambres PMR (une double et deux triples) avec douche italienne et siège escamotable fixé au mur. Toutefois, l’accessibilité ne semble pas optimale d’après les photos reçues ensuite par mail.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Au carrefour situé juste à côté de l’hôtel, nous rencontrons un chamelier. Nous négocions notre photo en habits berbères à côté d’un dromadaire et nous voilà partis pour le shooting tant espéré ! Ça y’est, l’objectif de la journée est atteint : nous avons notre photo souvenir ! Le cadre n’est absolument pas top mais en retouchant le fond avec Photoshop, ça ne se verra pas !

Nous continuons à pieds jusqu’au centre commercial Menara Mall pour une pause crêpes au dernier étage, avec une belle vue sur la ville et les montagnes de l’Atlas. Malgré la modernité des lieux, il n’y a pas de toilettes adaptées : nous nous débrouillons tant bien que mal pour la pause pipi. L’accessoire indispensable dans ces moments-là : notre urinoir en plastique !

Puis nous poursuivons jusqu’aux jardins de la Ménara. Ce vaste jardin planté d’oliviers est un endroit paisible et agréable pour se promener, loin du brouhaha de la ville. Une rampe d’accès a été récemment aménagée et permet d’approcher le bassin au plus près en fauteuil roulant. Ce bassin sert de réservoir d’eau pour irriguer les cultures et l’oliveraie. Il est alimenté par un système hydraulique qui achemine l’eau depuis les montagnes situées à 30 km de Marrakech. Malheureusement, la journée est déjà bien avancée et nous arrivons après la fermeture. Ce sera pour une prochaine fois ! 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Nous décidons ensuite de tester le bus touristique (ligne rouge) dont un arrêt se situe juste à côté des jardins. Nous nous sommes renseignés par mail auprès de la compagnie avant de partir : les véhicules disposent d’une rampe à la porte du milieu et la personne en fauteuil bénéficie d’un tarif réduit. Malheureusement, le bus devant nous n’a pas de rampe. La conductrice nous explique que les bus avec rampe sont actuellement en panne. Raté ! On ne peut donc pas faire confiance au bus touristique. 

Nous tentons alors de prendre la ligne de bus numéro 12 non loin mais il n’y a pas d’arrêt normalisé. Il nous est impossible de monter à bord car la rampe déployée manuellement a une inclinaison beaucoup trop prononcée. Nous optons pour le dernier choix qui s’offre à nous : rentrer à pieds ! Bien sûr, pour faciliter les choses, nous roulons directement sur la route auprès des voitures et des scooters en raison des trottoirs non abaissés, sinon ça ne serait pas drôle !

Après un passage obligatoire au souk pour rentrer à notre riad, nous découvrons ce que Khadija nous a préparé pour notre dernier dîner : une pastilla gigantesque de veau et de légumes ! Elle est tellement énorme que je la renomme « pastilla de mammouth », ce qui ne manque pas de faire rire Khadija et Abdeljalil ! Quel plaisir d’être à leurs côtés une dernière soirée. Vraiment, ça va nous faire bizarre de rentrer dans 24h !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

9. Retour à l’aéroport de Marrakech en bus

Toutes les bonnes choses ont une fin et après une belle semaine passée au riad Tarzout, il nous faut dire adieu aux délicieux petits-déjeuners avec le jus d’orange frais, les petites crêpes trouées et les msemens ! Nous avons tellement aimé ces crêpes !!!

Mais surtout, il nous faut quitter Khadija et Abdeljalil, nos adorables hôtes, ainsi que Rachida. Nous ne sommes pas prêts de les oublier et les remercions infiniment car ils nous ont permis de vivre un séjour absolument authentique. Nous reviendrons avec grand plaisir !

D’ailleurs, si vous aussi souhaitez séjourner ici, nous vous invitons à lire notre article détaillé Riad Tarzout : un riad accessible PMR en plein coeur de Marrakech. Vous aurez ainsi toutes les informations utiles pour préparer au mieux votre voyage !

Allez, une petite photo souvenir et nous voici partis !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Nous traversons le souk une dernière fois (ça aussi ça va nous manquer) et nous dirigeons vers le sud de la place Jamaa El-Fna. C’est là que se trouve l’arrêt de bus de la ligne 19 qui se rend à l’aéroport. Nous avons repéré que les véhicules ont une rampe à la porte du milieu et nous souhaitons absolument tester ce bus pour montrer que oui, il est possible d’aller à l’aéroport de Marrakech avec le bus de ville ! Nous en profitons d’ailleurs pour faire un dernier Facebook live afin de montrer l’accessibilité du bus à nos lecteurs. Le trajet dure 30 minutes.

Seul bémol : il n’y a pas d’arrêt normalisé à l’arrivée à l’aéroport et la rampe est déployée directement sur la chaussée. L’inclinaison est prononcée mais permet toutefois à Rudy de descendre avec l’aide du conducteur. En revanche, nous doutons sur la faisabilité de monter à bord pour faire le trajet dans l’autre sens. Cela serait possible en fauteuil manuel mais sans doute pas en électrique. 

L’enregistrement est un peu long au guichet d’EasyJet et nous passons plusieurs contrôles de sécurité avant d’arriver à la salle d’embarquement. Nous achetons de quoi nous restaurer sur l’ultime stand que nous voyons. 6€ le sandwich au poulet ou au thon et 3€ le muffin : pas de doutes, nous sommes bien dans un aéroport! Nous vous conseillons de prévoir votre repas avant et de ne pas faire comme nous : déception assurée après une semaine de bons repas !

L’ambulift est bien disponible et nous permet de monter plus facilement à bord de l’avion. Le personnel de l’assistance est sympathique et bien efficace. Une hôtesse de l’air nous demande si nous avons aimé notre séjour : non seulement nous avons adoré mais en plus, nous songeons déjà à revenir !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

10. Conclusion

Si vous cherchez du dépaysement dans un cadre exotique, avec peu d’heures de vol depuis la France, Marrakech est une destination idéale ! Concernant l’hébergement, le Riad Tarzout et Handioasis vous assureront d’avoir tout le confort nécessaire sur place, afin de répondre à tous vos besoins spécifiques. En plus, ils peuvent venir vous chercher à l’aéroport et vous aider à organiser vos visites la semaine. N’oubliez pas de leur demander un devis de notre part pour bénéficier d’une remise de 5% réservée exclusivement à nos lecteurs !

Si vous vous demandez s’il vaut mieux voyager en fauteuil manuel ou électrique, nous pensons que les deux sont faisables. Il faut simplement garder en tête que le manuel vous permettra de franchir plus facilement les trottoirs non abaissés ou de rentrer dans des commerces. En revanche, cela risquera de secouer un peu plus lorsque vous vous promènerez dans le souk en plein cœur de la médina.

Une chose est sûre : préparez-vous pour un voyage dans le temps, pendant lequel vous oublierez totalement votre quotidien ! Si vous avez quelques appréhensions sur l’accessibilité, rassurez-vous car les marocains sont extrêmement gentils et toujours prêts à rendre service. Ce n’est pas pour rien que nous pensons déjà à revenir pour approfondir notre visite du pays !

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Nous espérons que cet article vous sera utile pour préparer votre séjour à Marrakech !

N’hésitez pas à nous faire votre retour d’expérience dans les commentaires, notamment si vous découvrez d’autres lieux ou activités accessibles !

Et pour organiser votre séjour au mieux, n’oubliez pas de consulter notre guide de voyage PMR de Marrakech ou notre guide de voyage PMR d’Essaouira si vous souhaitez faire une excursion dans cette belle ville !

© 2012-2020 Handilol, tous droits réservés.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’auteur.

Épingler sur Pinterest

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Gmail

Cet article vous a plu ? Merci de nous soutenir !

  • Donnez une note sur 5 à l'article en cliquant sur les étoiles ci-dessus ;
  • Partagez-le sur les réseaux sociaux ou envoyez-le par mail ;
  • Faites un don à notre association, y compris un euro symbolique !
  • Faites vos achats en ligne avec PRIZLE pour qu'une partie du montant de vos achats soit reversée sous forme de don à Handilol !
  • Réservez votre prochain hébergement via nos liens Booking ;
  • Faites un achat futur via l’un de nos partenaires : Amazon, Garé comme une merdeMobee TravelTous ErgoWheeliz.

Merci pour votre précieux soutien, nous avons besoin de vous pour continuer à promouvoir le tourisme accessible PMR !

0 commentaires

Pin It on Pinterest