L’été 2019, nous avons organisé un voyage à Annecy pour assister à la traditionnelle Fête du lac. Comme d’habitude, notre séjour a été l’occasion de tester l’accessibilité de la ville au niveau de la voirie, des transports, des hébergements mais aussi de rechercher des activités adaptées !

Aussi, lorsque nous avons eu connaissance d’un parcours accrobranche accessible en fauteuil roulant sur la commune de Talloires, nous avons sauté sur l’occasion ! En effet, c’est une activité qui est très rarement réalisable lorsqu’on est à mobilité réduite et nous ne pouvions pas manquer ça.

Au final, notre expérience s’est révélée un peu compliquée, en raison surtout du fauteuil électrique de Rudy. On vous raconte tout ci-dessous !

Note : par souci de transparence, nous vous informons que cet article n’est pas sponsorisé. Nous n’avons pas annoncé notre venue au parc et avons payé l’intégralité de nos billets. Notre avis se veut le plus sincère et réaliste possible afin que vous puissiez décider si cette activité vous convient, conformément à notre ligne éditoriale et aux valeurs de notre association.

1. Comment venir au parc Acro’Aventures à Talloires

La jolie commune de Talloires se trouve sur la rive droite du lac d’Annecy. Venir avec son véhicule est la meilleure solution pour vous rendre jusque là.

Si comme nous, vous vous déplacez en transports en commun, il vous faudra d’abord prendre le bus ligne L2 depuis le centre d’Annecy. En principe, le bus est équipé d’une rampe automatique à la porte du milieu et il y a un emplacement réservé pour les personnes en fauteuil roulant. Le trajet dure 40 minutes.

Prenez garde en descendant à Talloires car il n’y a pas d’arrêt normalisé ! Le conducteur déploie la rampe directement sur la route et la pente est assez prononcée. Il est préférable de vous faire aider.

C’est à ce même « arrêt » qu’il faut ensuite prendre un bus appelé Eco-navette. Attention : la mairie de Talloires met en place cette navette gratuite uniquement l’été. Cela signifie que le reste de l’année, il n’y a pas de transport local pour aller à Planfait, site dans les montagnes où se trouve le parc accrobranche. Si vous n’êtes pas véhiculé, la solution la plus économique consiste alors à opter pour le service Handibus, en anticipant bien votre trajet et les horaires.

L’Eco-navette est également accessible par une rampe déployée à la porte du milieu, directement sur la route. Nous avons trouvé le conducteur très sympathique et très prévenant. Comptez trente minute de trajet de Talloires centre à Planfait.

Voici une petite vidéo pour vous montrer comment cela se passe pour monter à bord.

2. Les services du parc : parking, buvette et toilettes

Si vous êtes en voiture, il y a une place de stationnement réservée devant l’entrée du parc, au bout du parking. Cela est très pratique car c’est aussi là que se trouve la billetterie, le début du parcours accessible PMR ainsi que le point restauration.

Il est possible d’acheter à boire et à manger sur place : boissons chaudes, sodas, crêpes salées et sucrées, glaces et confiseries. Vous pouvez aussi prévoir votre repas pour pique-niquer sur les tables prévues à cet effet. C’est ce que nous avons fait en achetant quelques provisions à l’épicerie située sur la place du village, à Talloires, en attendant le bus navette. 

Lors de votre repas, vous profiterez de la vue sur les parapentistes qui s’élancent juste à côté. En effet, Talloires est le premier spot de parapente en Europe !

Si vous arrivez avec l’Eco-navette comme nous, il faut bien avoir en tête qu’il n’y a pas d’arrêt normalisé sur le site de Planfait. Le conducteur stoppe le véhicule sur le parking, à une centaine de mètres de l’entrée du parc. 

Le sol est constitué de graviers et de gros cailloux sur lesquels il est très difficile de rouler en fauteuil roulant. Rudy a tout de même réussi à se déplacer en allant doucement et en faisant attention. Mais ce n’était pas de tout repos !

Autre point très important : il y a des toilettes sèches sur le parking. L’espace d’usage latéral est suffisant mais plusieurs points sont à revoir, comme vous le verrez sur la photo plus bas :

  • barre de maintien éloignée ;
  • pas de lunette sur les wc pour s’asseoir ;
  • dévidoir de papier toilette trop haut ;
  • pédale pour la chasse inaccessible ;
  • pas de lave mains…

Et le meilleur pour la fin, il n’y a pas de lumière ! Il faut se contenter du faible éclairage d’une fenêtre positionnée à ras le sol.

En l’état, ces toilettes ne sont pas du tout adaptées aux personnes à mobilité réduite.

Nous comprenons le concept des toilettes sèches. Mais puisqu’il y a un parcours PMR dans le parc accrobranche, cela signifie que des personnes en fauteuil roulant vont venir. Ces personnes ont des besoins spécifiques en terme de toilettes. Si le parc ne peut répondre à ces besoins, il nous semble que la moindre des choses serait de prévenir les clients sur son site Internet. Ainsi, chacun viendrait en connaissance de cause et prendrait ses précautions.

En tout cas, nous vous aurons prévenus, nous !

Note du 20/12/2020 : la direction nous a signalé que depuis notre venue, les toilettes sont désormais accessibles. Nous ne les avons pas vus et ne pouvons donc pas vous dire à quoi ils ressemblent. 

 

3. Achat des billets

Après notre pause déjeuner, nous nous dirigeons vers la billetterie où deux files d’attente nous font face. Celle de gauche est pour les personnes qui n’ont pas encore de billets. Celle de droite, dite prioritaire, est destinée aux personnes qui ont réservé un horaire de passage avant leur venue, par téléphone ou par mail.

N’ayant pas réservé, nous nous plaçons à gauche, en attendant notre tour. Une fois que le jeune homme à l’accueil a fini de s’occuper de la famille devant nous, il se dirige vers une dame qui vient juste d’arriver dans la file prioritaire. Les échanges durent un moment et le temps nous paraît long.

Lorsque vient notre tour, nous lui expliquons que nous aurions aimé qu’il nous propose de passer en priorité, même si nous n’avions pas réservé. Les personnes en fauteuil roulant ont généralement une carte de priorité pour cela, que nous ne devrions même pas avoir à montrer, Rudy étant en fauteuil roulant électrique. Mais cela n’est pas la politique du parc qui insiste sur le fait qu’il faut réserver, que l’on soit en situation de handicap ou pas (voir le commentaire du représentant du parc dans les commentaires, en bas de page).

Nous trouvons dommage que le personnel de l’accueil ne soit pas plus sensibilisé au handicap. Nous regrettons également qu’il n’y ait pas de guichet abaissé à la billetterie. Cela est d’autant plus dommage que beaucoup d’enfants viennent au parc.

A titre d’information, les billets pour réaliser le parcours « L’éveil des sens » coûtent 7€ l’unité. Il n’y a pas de réduction pour la personne en fauteuil et son accompagnateur. Le parcours dure une heure.

Note du 20/12/2020 : la direction nous a informés que le billet de l’accompagnateur est gratuit. Il semblerait que nous n’ayons donc pas eu droit à cette réduction lors de notre venue.

 

4. Accessibilité du parcours accrobranche PMR

Nous poussons la porte en bois du parcours « L’éveil des sens ». Rudy passe le premier pour que je puisse prendre des photos et des vidéos.

Le pauvre a tout juste le temps de rouler quelques mètres qu’il se retrouve piégé dans un virage à angle droit, avec un espace de retournement insuffisant pour manoeuvrer facilement.

De plus, il y a une différence de niveau dans le sol et le manque de terre bloque son fauteuil du côté gauche, laissant sa roue arrière droite tourner dans le vide… J’arrête de le filmer pour l’aider à se sortir de ce mauvais pas.

Cela ne vous paraîtra peut-être pas grand chose en voyant le court extrait vidéo qui suit mais je vous assure que le fauteuil de Rudy s’est vraiment enfoncé dans ce creux. Cela a été d’autant plus difficile de le sortir de là car l’espace est confiné et pas assez large.

La première passerelle en bois apparaît ensuite devant nous.

La hauteur du parcours dans les arbres est de 3 mètres maximum et il n’y a pas de restriction de poids. Un panneau indique toutefois qu’il ne doit pas y avoir plus d’une personne en fauteuil roulant et un accompagnateur par passerelle.

Rudy s’élance lentement, peu rassuré. Très vite, il ne peut s’empêcher de faire un calcul à haute voix. Son fauteuil roulant électrique pèse 260 kg au total avec lui dessus. Sous ses roues, les planches craquent, ce qui le fait cogiter encore plus.

Quelques mètres plus loin, il atteint le premier arbre. La largeur de passage utile est étroite et mesure 77 cm, ce qui est juste. Les roues de son fauteuil ne manquent pas de toucher les rebords du plancher et il arrache même quelques petits morceaux de bois dans le sol !

Rudy n’est pas rassuré du tout et je le comprends. La configuration des passerelles n’est pas optimale et il faudrait qu’elles soient un peu plus larges. Un peu plus loin, j’en aperçois une qui penche sur le côté avant même de s’élancer dessus. Je n’ai jamais vu mon frère en si mauvaise posture. Je l’aide donc à retourner au début du parcours, en marche arrière puisqu’il n’y a pas d’espace de retournement.

De retour sur la terre ferme, nous décidons de réaliser le parcours à l’envers, en empruntant uniquement les passages au sol et non ceux dans les arbres. En effet, le parcours est constitué d’environ 80% de chemin au sol et 20% sur les passerelles aériennes en bois.

Sur le site Internet du parc Acro’Aventures, voici ce qui est écrit au sujet de l’accessibilité du parcours « L’éveil des sens » :

« Ses passerelles aériennes en bois et son sentier entièrement stabilisé sont tout spécialement conçus pour être accessibles aux poussettes et aux personnes en fauteuil roulant. » 

Il va falloir nous expliquer ce que signifie « entièrement stabilisé » dans ce cas précis ! 

Concernant le parcours au sol, le revêtement n’est pas régulier. Il y a beaucoup de graviers, quelques trous et des chemins particulièrement en pente. Les personnes en fauteuil manuel doivent absolument être accompagnées. Même Rudy a rencontré des difficultés avec son fauteuil électrique dont les roues ont parfois patiné dans le vide. Sans parler des différentes activités ludiques dont quelques-unes sont situées trop en hauteur. Même pour des enfants, ce n’est pas très pratique.

Pour vous donner une idée plus précise du parcours, j’ai réalisé une vidéo sous forme de Facebook live. J’ai filmé les passerelles aériennes et le sentier dans la forêt pour vous aider à vous rendre compte de l’activité dans sa globalité. Ainsi, vous pourrez évaluer si elle est envisageable pour vous ou pas. 

Nous avons fait part de notre expérience mitigée au personnel du parc. On nous a répondu que nous étions les premiers clients à ne pas trouver le parcours accessible. Il y a régulièrement des groupes de personnes en fauteuil qui viennent en étant accompagnées et tout se passe bien pour elles. Soit. Mais selon nous, c’est justement parce qu’elles sont accompagnées qu’elles peuvent faire le parcours ! Cela est absolument impossible en toute autonomie. D’ailleurs, rien que pour cette raison, cela mériterait d’appliquer un tarif réduit aux accompagnateurs, voire même la gratuité.

Si la personne qui a conçu ce parcours lit notre article un jour, ce que nous espérons, nous aimerions lui demander : s’il-vous-plaît, expliquez-nous sur quelles normes d’accessibilité vous-êtes vous basé pour les largeurs de passage utile et le revêtement du sol ?

Et si d’autres personnes souhaitaient se lancer dans l’aménagement d’un parcours PMR dans un autre parc accrobranche, prenez bien en compte nos retours et soyez plus vigilants au confort d’usage !

A présent, à vous de jouer amis lecteurs ! Dites-nous ce que vous pensez de l’accessibilité du parcours « L’éveil des sens » en participant à ce sondage ! Nous avons hâte de lire les résultats.

Comment trouvez-vous l'accessibilité du parcours accrobranche "L'éveil des sens" de Talloires ?

Est-ce que vous aimeriez réaliser le parcours PMR "L'éveil des sens" en fauteuil roulant ?

5. Notre avis général sur le parc Acro’Aventures

😄 On a aimé

  • La volonté d’avoir voulu créer un parcours accessible PMR : bien qu’il ne soit pas adapté à 100%, l’intention est là !
  • Le cadre en pleine montagne, avec les parapentistes qui décollent juste à côté !
  • La possibilité de manger sur place.

 

🙃 On a moins aimé

  • La difficulté pour venir au parc en transports en commun depuis Annecy ;
  • Le parking recouvert de pierres avant d’accéder à l’entrée ;
  • Le manque de sensibilisation du personnel au handicap ;
  • L’accessibilité partielle du parcours PMR « L’éveil des sens », pourtant annoncé comme étant accessible ;
  • Pas de tarif réduit ou de gratuité pour l’accompagnateur. Ce serait la moindre des choses étant donné que le parcours ne peut être réalisé en toute autonomie ;
  • Les toilettes sèches non adaptées ;
  • Le site Internet du parc qui ne prévient pas les visiteurs à mobilité réduite de l’accessibilité partielle du parcours et des toilettes non adaptées.

Comment trouvez-vous l’accessibilité de ce parcours accrobranche ? Avez-vous testé des parcs accrobranche bien accessibles en fauteuil roulant en France ou à l’étranger ? Dites-nous tout dans les commentaires !

Si vous cherchez d’autres idées d’activités pour agrémenter votre séjour dans les environs, n’oubliez pas de consulter notre guide de voyage PMR d’Annecy !

5/5 - (2 votes)

Épingler sur Pinterest

Cet article vous a plu ? Merci de nous soutenir !

  • Donnez une note sur 5 à l'article en cliquant sur les étoiles ci-dessus ;
  • Partagez-le sur les réseaux sociaux ou envoyez-le par mail ;
  • Faites un don à notre association, y compris un euro symbolique !
  • Faites vos achats en ligne avec PRIZLE pour qu'une partie du montant de vos achats soit reversée sous forme de don à Handilol !
  • Réservez votre prochain hébergement via nos liens Booking ;
  • Faites un achat futur via l’un de nos partenaires : Amazon, Garé comme une merdeMobee TravelTous ErgoWheeliz.

Merci pour votre précieux soutien, nous avons besoin de vous pour continuer à promouvoir le tourisme accessible PMR !

3 Commentaires

  1. PREVOT STEPHANIE

    Merci pour votre retour. Nous avons essayé en août celui qui se trouve vers Bourg en Bresse sur le plateau du Bugey. On se transfère dès le début du parcours dans un siège de parapente et on fait tout dedans. Il faut venir le matin car une personne dédiée vous accompagne sur le parcours. Ma fille de 14 ans paraplégique en fauteuil roulant manuel a adoré. Elle a refait le parcours une deuxième fois juste avec son père. Le parcours dure une heure entièrement dans les arbres et il faut savoir bien se transférer car on utilise énormément le haut du corps.

    Réponse
    • Handilol

      Merci Stéphanie pour votre retour d’expérience! Oui, le parcours accrobranche dans le Bugey a l’air vraiment sympa ! Voici le lien pour les personnes qui seraient intéressées : https://www.aventuredubugey.fr/handibranche/

      En revanche, comme vous l’écrivez justement, il faut impérativement avoir de la force dans les bras pour pouvoir évoluer tout le long. Dans le cas de Rudy, cela est impossible. C’est pourquoi nous étions contents de faire le parcours à Annecy, même s’il n’a pas répondu à nos attentes.

  2. Responsable parc

    Votre article sur le parc est tout à fait erroné ou bien, plus autant d’actualité.

    Pour commencer, vous servir du handicap de votre frère pour passer en priorité sur les réservations n’est pas très fair-play. Tous les groupes en fauteuils que nous avons, le plus souvent, réservent et même en réservant on patiente. C’est comme ça. Cela ne nous empêche pas d’avoir du respect pour les gens en fauteuil. Votre article nous fait vraiment passer pour des gens hautuns sans compassion c’est regrettable.

    Ensuite s’il n’y a pas de comptoir à hauteur de fauteuil c’est tout simplement pour éviter que les enfants ne sautent dessus et viennent voir ce qu’il se passe derrière l’accueil, car ils montent déjà sur le comptoir de base. Et croyez moi faire la police toute la journée, c’est long. Alors quand nous avons des groupes en fauteuil, généralement ce sont les personnes qui les accompagnent qui viennent s’adresser à nous. Comme vous l’avez fait. Et si nous devions parler au fauteuil, nous nous adaptons. Car lors de votre venue vous nous aviez reproché que vous frère ne pouvait pas voir le livret que j’étais entrain de vous expliquer. Effectivement, étant donné que nous l’expliquions à vous et non à votre frère. Qui était resté en retrait 2m plus loin. S’il avait voulu nous lui aurions expliqué sans soucis. Nous ne sommes pas bêtes !

    Ensuite, un tarif est bien appliqué. C’est la gratuité pour l’accompagnant. (peut-être ne l’avez vous pas eu et alors la faute est de notre part) car les fauteuils doivent absolument être accompagnés. Ils ne peuvent évoluer en autonomie. Je crois que c’est précisé sur le site.

    Effectivement quand vous évoluez sur les passerelles suspendues, elles craquent et bougent. C’est de l’accrobranche. C’est pas du béton armé. Le fait que votre frère ait voulu faire demi tour ne se sentant pas rassuré, ressort de son propre sentiment a lui et non d’une vérité générale.

    Ensuite, le sol est effectivement fait de petits graviers sur de la terre battue. Ce sentier est régulièrement balayé pour éviter que des branches etc ne se bloquent dans des roues de poussettes etc… Et il est en pente parfois oui, nous sommes en montagne. D’où la nécessité obligatoire d’un accompagnateur. Nous ne pouvons pas mettre de goudron pour faciliter les déplacements des fauteuils pour plusieurs raisons. Nous voulons garder l’esprit naturel et nous devons laisser le moins d’empreintes humaines possible le jour où nous devrions démonter tout le parc. Cela vaut actuellement aussi pour le parking qui n’est malheureusement pas très bien adapté aux fauteuils il est vrai. Mais pour les amoureux de la nature et les montagnards, garder le plus possible un état brut nous tiens véritablement a coeur. Nous essayons, par d’autres moyens que le bitumage, de trouver des alternatives aux problèmes pouvant être rencontrés et ça peut parfois être long.

    Ce qui nous fait enchaîner sur les WC. Elles ont été changées et sont maintenant accessibles aux fauteuils. Aux dernières il manquait une rampe que la collectivité devait venir installer mais nous avons aucun pouvoir dessus. Tout comme le revêtement du parking d’ailleurs.

    En conclusion nous sommes franchement désolés de votre mauvaise aventure au parc mais votre article relate de votre sentiment à vous et semble affecter l’envie a d’autres fauteuils de venir c’est dommage.

    La forêt des sens est une balade dans la forêt, comme son nom l’indique, dans laquelle il y a un petit passage sur une passerelle suspendue que vous n’êtes pas obligés de prendre. Ce sentier est effectivement accessible aux poussettes et au fauteuils ACCOMPAGNÉS. Nous modifierons les détails sur notre site au besoin. Mais cette balade n’est pas précisée comme étant un accrobranche ! Attention.

    Et le fait d’être en fauteuil ne vous donne pas de pass-droit sur les autres. Soyons raisonnables. Si vous venez en montagne pour du loisirs une demie journée vous pouvez attendre 10-30 min dans une file d’attente. Sinon il vous faut réserver, comme tout le monde. Nous préférons être équitable et mettre tout le monde au même niveau quelque soit l’handicap. Sauf demande particulière évidemment mais à mes souvenirs vous nous aviez pas précisé d’urgence de temps ou autre.

    Voilà j’espère que nous aurions redonné envie aux sceptiques de venir faire cette activité et nous espérons également vous avoir fait ressentir notre tristesse quand aux propos que vous tenez sur un personnel pas accueillant ou menfoutiste. C’est dommage. Nous ne sommes pas comme cela. Nous faisons au mieux pour que les gens passent le meilleur moment possible quelles que soient les difficultés rencontrées. Nous serions très heureux de vous revoir dans un autre Etat d’esprit.

    Bonne continuation et nous ferons de notre mieux pour adapter au mieux l’accessibilité des fauteuils et de toutes autres demandes.

    Cordialement.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *